Home / Blogs / Le Canada est très respecté en Ukraine

Le Canada est très respecté en Ukraine

Le dicton dit : « Loin des yeux, loin du coeur. » Mais il est démenti par de nombreux immigrants et leurs enfants et petits-enfants à Winnipeg. Dans notre nouvelle série, « Manitoba – partenaire du monde », La Liberté vous montre comment les Manitobains issus de l’immigration forgent des liens économiques et culturels durables avec leur pays d’origine. En première partie, l’Ukraine.

Denys Volkov a marché sur les traces de centaines de milliers d’Ukrainiens en décidant de s’installer à Winnipeg, à la fin de l’année 2002. Mais il l’ignorait.

« J’avais fait mes études de licence en Angleterre. Mais c’était très difficile de rester en Angleterre après les études à cette époque. Par hasard, sur un site Web ukrainien, je suis tombé sur un article à propos du Manitoba. Je n’y connaissais rien, au Manitoba. Mais j’avais toujours entendu de bonnes choses au sujet du Canada. J’ai lu un peu plus sur le sujet et je me suis renseigné davantage pour trouver des programmes dans mon domaine. J’ai été accepté dans un programme de  aîtrise en administration publique donnée conjointement par les Universités du Manitoba et de Winnipeg, et me voilà. Je ne savais pas en arrivant qu’il y avait une si forte présence historique des Ukrainiens ici. Beaucoup de gens pensent que je le savais, mais je n’en avais aucune idée. »

 N’empêche qu’une fois arrivé à Winnipeg, Denys Volkov a eu besoin de peu de temps pour s’intégrer et faire entendre sa voix dans sa ville d’adoption. « La devise sur les plaques d’auto, Friendly Manitoba, décrit très bien les gens d’ici. Je me suis impliqué avec des dizaines de projets, du sous-titrage  de films jusqu’à des évènements beaucoup plus politiques, compte tenu de la situation actuelle en Ukraine. Je suis impliqué dans plusieurs initiatives pour envoyer des vêtements chauds et des médicaments aux personnes déplacées en Ukraine. »

Pour Denys Volkov, qui a maintenant la citoyenneté canadienne, s’impliquer pour aider son pays d’origine est naturel. « Une des raisons pour lesquelles je suis parti, c’est le fait que le système social et politique en Ukraine ne soit pas orienté vers la création d’une meilleure vie pour les citoyens, mais plutôt vers la corruption. J’aimerais partager les expériences qu’on a eues au Canada et donner les mêmes opportunités aux Ukrainiens. »

Après ses études en administration, Denys Volkov a travaillé plusieurs années dans divers rôles au cabinet de l’ancien maire Sam Katz. Il est actuellement directeur des communications et de défense des droits pour l’Association des municipalités du Manitoba.

Il a eu l’occasion, en collaboration avec la Fédération canadienne des municipalités, de travailler sur un projet de développement de petites et moyennes entreprises dans les régions de Lviv et Dnipropetrovsk. « J’ai pu aider dans le développement de plans d’affaires d’entreprises et de communautés, et faciliter des rencontres entre des maires et conseillers municipaux de Winnipeg, Winkler et Virden et leurs homologues ukrainiens. C’était un échange face-à-face entre élus et technocrates des deux pays, et c’était très intéressant.

« Comme je parle ukrainien, c’était plus facile de faire des liens avec nos contacts au pays. Souvent nos homologues ukrainiens avaient eu recours aux interprètes pour parler aux Canadiens. Avec moi, ils se sont sentis beaucoup plus à l’aise à parler des enjeux auxquels ils faisaient face et des solutions possibles. » Il espère repartir bientôt en Ukraine dans le cadre d’un renouvellement du programme.

« J’adore mon travail, et je me réjouis de cette occasion de partager mes expériences avec le pays où j’ai grandi, surtout quand il en a tant besoin.

« Je reviens souvent chez moi, dans l’Est de l’Ukraine. Ce n’est pas si effrayant que ça. Les endroits où la guerre fait rage sont bien isolés du reste du pays. Nous sommes tous au courant de ce qui se passe, mais plus de 90 % du pays est sécuritaire. J’espère tout de même une résolution rapide de la crise, parce que les endroits où il y a eu des affrontements sont vraiment dévastés. En plus, le cessez-le-feu tient à peine, alors ça ne me surprendrait pas de voir plus d’affrontements dans l’avenir. J’ai été très étonné de voir les manifestations pacifiques à Kyiv au début de 2014 déboucher sur une guerre. Personne n’aurait prédit pareille conséquence. »

Depuis le début du conflit, Denys Volkov a organisé plusieurs collectes de fonds novatrices, y compris une soirée spéciale à saveur ukrainienne à un match des Goldeyes de Winnipeg, et une séance de films, pour pouvoir obtenir de la nourriture et des vêtements pour les personnes déplacées. Le militant fait appel à ses compatriotes dans la communauté ukrainienne de Winnipeg de venir en aide à leur pays natal. Des incursions russes au sud du pays, que Denys Volkov n’hésite pas à appeler des « invasions », ont aggravé la situation. « C’est important pour la communauté ukrainienne d’ici de rester connectée et d’aider où c’est possible. Tout le monde peut contribuer.

« En raison de l’invasion russe, il y a plus d’un million de personnes déplacées, des Ukrainiens qui ont dû partir ailleurs au pays. Le gouvernement de Stephen Harper a très bien fait en posant des gestes concrets, en envoyant des conseillers militaires et de l’aide non-létale aux troupes ukrainiennes. Il y avait aussi des observateurs canadiens au pays pour surveiller les élections municipales au mois d’octobre. »

« Le Canada est très respecté en Ukraine. Même dans des endroits ruraux, les gens sont au courant de l’aide que le Canada fournit et des projets qu’on entreprend. J’espère que le nouveau gouvernement va continuer cette aide. »

Denys Volkov s’inspire du niveau d’implication des Manitobains au sein de leurs propres communautés. « Je suis continuellement étonné ici de voir combien de gens font du bénévolat, par exemple. Chez nous ça ne se fait presque pas. Ici, si tu veux t’impliquer dans ta communauté, il faut simplement demander comment donner un coup de main, et on va trouver une place pour toi. C’est très gratifiant. »

Ruby Irene PRATKA

LA LIBERTÉ | WWW.LA-LIBERTE.MB.CA | 13 AU 19 JANVIER 2016

Leave a Reply

Your email address will not be published.